top of page

"Voici un minuscule ouvrage poétique par le format mais ô combien grand et essentiel par le propos"





Le mot adorable de Nathalie Lescop-Boeswillwald dans Les Amis de Thalie revue littéraire et picturale sur mon petit Démission !, illustré par Michel Tamayo. Merci !



" Voici un minuscule ouvrage poétique par le format mais ô combien grand et essentiel par le propos !


Une fois encore Amandine Gouttefarde-Rousseau trouve les mots percutants et justes pour nous interpeller sur un sujet primordial qui n’est autre que celui de l’éducation et du professorat dans une société en déliquescence. Un sujet qu’elle maîtrise étant elle-même professeur et comme le titre de l’ouvrage l’indique « Démission ! » en voie de reconversion tant enseigner dans notre monde délétère l’a malmenée, épuisée et osons le dire dégoûtée de ce métier qui a pourtant fait rêver tant d’hommes et de femmes par le passé.


C’est sous un angle très personnel qu’Amandine aborde son ras-le-bol d’un univers empreint de règles, d’obligations, de mesquinerie voire de petitesse d’esprit, où enseigner ne fait plus sens, où l’administration prend le pas sur le savoir, où l’humain se déshumanise jusqu’à se métamorphoser en quelque chose de douteux et de vil parfois…


Amandine, avouons-le, ne fait pas dans la dentelle lorsqu’elle brosse le portrait d’un petit prof « sur le tard », libidineux et raté… idem lorsqu’elle évoque un quotidien routinier, douloureux et usant où le rêve se heurte à une sinistre réalité…


On perçoit en filigrane des mots une immense déception qui nous parle d’espérance déchue. Amandine est cette professeure de Lettres Classiques, Docteure en Etudes Grecques, Chercheuse en littérature antique et contemporaine et Poétesse qui fait le constat d’un échec, celui d’un rêve qui n’a pu éviter l’écueil de la matérialité.


« Démission ! » est de ces ouvrages qui ont le courage de dire haut et fort ce que bon nombre pense tout bas. Il dénonce les rouages d’une institution laminée par la bureaucratie, dépendante d’une technocratie à la dérive, où l’école est devenue plus une garderie qu’un lieu d’apprentissage, de connaissance, où les protocoles ubuesques poussent à un nivellement par le bas… et où les enseignants eux-mêmes ne trouvent plus leur place.


Quant à Amandine, car il s’agit de son histoire de professeure, elle a su prendre conscience avant qu’il ne soit trop tard de la nécessité à s’extraire de ce marasme après bien des tourmentes intérieures pour renaître à elle-même et pouvoir imaginer un autrement…


À noter l'illustration de couverture signée Michel Tamayo, ô combien évocatrice et poétique !"

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page